Reverse skincare : quelle est cette nouvelle tendance beauté qui va sublimer notre peau en 2022

  • Par kjhg

En 2022, on a un mot d’ordre : laissez tous les soucis que 2020 et 2021 ont causés à notre peau, derrière nous. Et pour cela, rien de mieux qu’une nouvelle routine beauté. Cette année, on compte bien tout bouleverser, et ce, jusque dans nos habitudes pour chouchouter notre peau. Et parmi les grandes tendances, on vous présente le reverse skincare. Une technique qui promet de modifier complètement notre façon d’appliquer nos soins. Résultats étonnants garantis.

Pourquoi on va adorer la reverse skincare

Déjà très en vogue sur la beautysphère de TikTok, cette nouvelle tendance a comme pour objectif de rendre notre teint radieux, éclatant et parfaitement hydraté. Le reverse skincare, est tout ce qu’il fallait aux peauxsèches de la déshydratation et de raviver les mines ternes qui manquent de glow. En clair, cette nouvelle routine beauté, saura ravir tous les épidermes, et convaincre toutes les femmes de l’adopter.

Comment s’approprier la reverse skincare ?

Reverse skincare : quelle est cette nouvelle tendance beauté qui va sublimer notre peau en 2022

Si le nettoyage du visage reste la première étape à ne pas négliger, la suite se veut plus… Perturbante. En effet, on continue cette fois, par la crème hydratante, qui est normalement la dernière étape. A contrario de la règle universelle selon laquelle il faudrait privilégier les textures fines et légères en premier pour finir avec les plus épaisses, le reverse skincare nous incite à passer au toner et aux sérums en tout dernier. L’astuce serait même d’imbiber plusieurs cotons de lotion et de les laisser poser sur le visage pendant une quinzaine de minutes, afin d’obtenir une peau douce et repulpée. Alors, on teste ?

A lire aussi :

Rides : 12 gestes du quotidien qui favorisent leur apparition

Soin de la peau : voici les erreurs néfastes pour notre visage que l’on commet toutes en le lavant

Épilation de la moustache : 9 erreurs à ne plus commettre

  • Mots clés: