Médecine douce : acupuncture, vers un pic d'énergie

  • Par kjhg

Le principe de l'acupuncture ? Penser le corps humain comme s'il était un paysage. À l'image d'un arbre qui possède des canaux par lesquels circule la sève, l'être humain est doté de méridiens et réagit aux saisons et au stress. Pour la médecine chinoise, le chi, c'est-à-dire l'énergie vitale, le souffle, circule entre les chairs et les os. Ainsi, pour rétablir la circulation de ces énergies corporelles, les acupuncteurs stimulent avec des aiguilles (mais aussi les mains ou un moxa, un bâtonnet d'armoise que l'on chauffe) des points précis appelés « xue ». À la clé, des résultats plus ou moins bluffants et immédiats selon les personnes. En général, la technique permet d'agir efficacement sur le stress, la douleur (migraines, lombalgies, tendinites…), le sommeil, les phobies, mais aussi de se libérer des addictions. La médecine chinoise étant plus holistique que l'occidentale, nombreux sont les médecins français qui ne prennent pas au sérieux l'acupuncture, mais, depuis quelques années, un changement s'ammorce.

Une aide pour les patients atteints de cancer ?

Emmanuelle Kempf, oncologue médicale à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, actuellement en formation d'acupuncture, est en train de monter avec son équipe une étude nationale académique pour tester l'hypothèse selon laquelle la technique améliore le quotidien des malades. « Les patients qui ont recours à l'acupuncture nous font des retours très positifs, notamment sur le fait qu'elle diminue la toxicité de la chimiothérapie. Ils ressentent moins de fatigue, ils ont moins de nausées, de vomissements, moins de fourmis dans les mains et les pieds par exemple. Résultat, on souhaite formaliser cela dans le cadre d'une étude scientifique rigoureuse.

Car si on démontre que l'acupuncture est associée à un bénéfice, ce serait un argument pour convaincre la communauté des médecins et les tutelles de l'inclure dans les parcours de soins et, éventuellement, offrir son remboursement total », explique-t-elle. Mais les oncologues ne sont pas les seuls à s'intéresser de près à la méthode. Récemment, la BBC a filmé et diffusé une opération du cœur réalisée par une équipe médicale à Shanghai sans anesthésie (le patient y était allergique), seulement à l'aide d'acupuncture. « Depuis, il y a énormément de demandes de la part d'anesthésistes et d'étudiants qui souhaitent se former à la discipline, à tel point que l'on doit imposer une sélection », explique Ling-Ya Hsu, acupunctrice et professeure à la faculté de médecine de Paris Seine-Saint-Denis.

Médecine douce : acupuncture, vers un pic d'énergie

Pédiatres, rhumatologues, endocrinologues sont aussi de plus en plus demandeurs. « Avant, nombreux étaient ceux qui pensaient que les acupuncteurs étaient des charlatans. Mais depuis une dizaine d'années, des rhumatologues se rendent compte que, quand trois infiltrations de corticoïdes sont d'habitude nécessaires pour traiter un patient, par exemple, une seule suffit lorsqu'on l'accompagne d'acupuncture », poursuit-elle. Même constat chez les endocrinologues qui remarquent l'efficacité probante de la méthode. La raison ? Piquer le corps avec des aiguilles engendre une diffusion d'endorphines, donc une réduction importante de la douleur.

Un rituel beauté

La méthode fait aussi des petits miracles dans le domaine de la beauté. Ouvert en novembre dernier à Paris, l'institut de l'acupunctrice Céline Claret-Coquet, docteure en acupuncture formée à l'académie de Pékin, propose l'Aculifting, un soin naturel du visage qui aide à lutter contre le relâchement musculaire de la peau, principale cause de vieillissement, à base… d'acupuncture. « On pique très rapidement des points précis, et la vitesse du geste provoque une contraction simultanée des muscles, comme pendant une séance de sport », témoigne l'experte. Dès la troisième séance, on note un effet tenseur, bonne mine et coup d'éclat.

La microcirculation est boostée et la peau s'équilibre si elle a tendance à être grasse ou sèche. L'idéal ? Débuter vers 25-30 ans en prévention, de préférence lors des changements de saison. Côté corps, Céline Claret-Coquet a conçu l'Acuslim, une technique de puncture sous-cutanée pour désengorger les tissus et agir sur les cellules graisseuses. Au programme, des aiguilles plantées au niveau des cuisses, du ventre et de la culotte de cheval. Compter une séance pour chaque kilo à perdre.

Le petit plus ? L'aspect holistique. « La peau reflète l'état interne du corps (fatigue, stress…), donc, à chaque soin esthétique je réalise un diagnostic thérapeutique en prenant le pouls et en observant la langue, afin de prendre en compte l'état général des patients », précise Céline Claret-Coquet.

Découvrir l'acupuncture avec Ling-Ya Hsu à Paris, réservations par mail à hsu.lingya7@gmail.com

Tester l'aculifting et l'acuslim chez Céline Claret-Coquet à Lyon et Paris, aculifting à partir de 150 € et acuslim à partir de 100 €, réservations sur celineclaretcoquet.com

Soutenir la recherche de l'équipe de la docteure Kempffondationarcad.org

  • Mots clés: