Pourquoi Daniel Lee quitte Bottega Veneta malgré son énorme succès ?

  • Par kjhg

Même en dehors des réseaux sociaux, la stratégie de la marque a toujours été difficile à tracer. Elle a joué avec les défilés façon salon, dans lesquels seuls quelques journalistes étaient triés sur les volets et les images étaient sous embargo jusqu’à ce que la collection arrive en boutique. Et les vêtements eux-mêmes sont rapidement passés du luxe artisanal rendu célèbre par Tomas Maier (et Phoebe Philo) à des expérimentations techniques qui ont rendu les vêtements presque importables (ce qui était assez excitant si vous posez la question aux acheteurs qui pouvaient s’offrir les pantalons parsemés de plumes de Daniel Lee et les manteaux en shearling qui peouvaient atteindre les dizaines de milliers de dollars). Matthieu Blazy - le prodigieux protégé de Raf Simons qui a dessiné pour Maison Margiela jusqu’à l’arrivée de John Galliano en 2014 et a travaillé pour Raf Simons pendant son passage chez Calvin Klein - a été embauché en juin 2020 en tant que directeur du design, ce qui a peut-être aidé à stabiliser le look.

Et indépendamment des questionnements qu’a parfois inspiré Bottega Veneta, la marque de Daniel Lee vendait beaucoup : les consommateurs n’avaient pas besoin d’explication pour ces grosses boots et ces sacs. Alors que Kering, comme beaucoup de conglomérats de la mode, souffrait de la pandémie, Bottega Veneta est devenu l’un des acteurs majeurs de son portfolio (ses ventes ont augmenté de 8,9% lors du troisième trimestre de 2021 versus 2020) tout particulièrement dans les marchés américains et d’Europe de l’ouest.

Pourquoi Daniel Lee quitte Bottega Veneta malgré son énorme succès ?

Ceci, combiné au côté abrupt du départ de Daniel Lee, pose la question d’un désaccord entre Daniel Lee et le leadership de la marque, ou si Daniel Lee va être nommé ailleurs. (Les rumeurs qui parcourent le HF Twitter disent que Daniel Lee pourrait par exemple aller chez Burberry ou Louis Vuitton).

Qu’en est-il du futur de Bottega Veneta ? Matthieu Blazy semble être un choix évident en tant que nouveau directeur artistique et différentes sources de l’industries murmurent déjà son nom. Les fanatiques de mode attendent depuis longtemps qu’il ait sa propre marque et il pourrait permettre à la marque de se remodeler gentiment plutôt que de devoir opérer un reboot complet : disons qu’elle pourrait rejoindre Instagram mais aussi garder le zine et les expérimentations avec le cuir. Comme il l’a prouvé en engageant Daniel Lee en premier lieu, le groupe Kering, qui possède aussi Balenciaga, Gucci et Saint Laurent, a le chic pour nommer des inconnus et des talents de l’arrière-banc de l’industrie.

Via GQ US

  • Mots clés: