La fin des sacs plastique depuis le 1er janvier

  • Par kjhg
Par GobraitPublié le
La Dépêche de Tahiti
Voir mon actu

Annoncée depuis un an et demi, la réglementation sur l’utilisation des sacs en plastique ou des sacs possédant une fenêtre en plastique, vendus ou offerts pour servir à l’emballage de marchandises dans les espaces de vente, est entrée en vigueur. Pour se faire une idée de l’ampleur du changement, La Dépêche s’est rendue dans divers commerces.La fin des sacs plastique depuis le 1er janvier La fin des sacs plastique depuis le 1er janvier

Hier, au rayon fruits et légumes d’un supermarché situé près de Punaruu, les courses se déroulaient normalement. Pour les habitués de la grande surface, rien n’a été chamboulé puisque depuis quelques mois déjà, les sacs en papier ont remplacé les pochons en plastique.

« Tant que l’on met à notre disposition d’autres moyens pour emballer nos produits, ce n’est pas dérangeant », explique Heiva. À la caisse, Mere range ses courses. Habituée de l’enseigne, elle n’a pas oublié d’apporter avec elle un sac. « Depuis qu’il n’y a plus les sacs recyclables à 100 francs, je me suis habituée à prendre mon sac réutilisable quand je vais au magasin. »

Dans un commerce de Paea cette fois, c’est Elena que l’on croise. Après avoir rangé, à l’arrière de sa voiture, ses quelques victuailles qu’elle tenait à la main, elle explique avoir un sac dans la voiture mais l’avoir oublié en descendant : « Je pense qu’on va avoir du mal à s’adapter mais avec le temps, on va finir par s’y faire ».

Une habitude à prendre

La fin des sacs plastique depuis le 1er janvier

« On n’aura pas le choix de toute façon. » Dans la boutique de sport du centre commercial Tamanu, Natacha, l’une des vendeuses, est en plein inventaire. Le sujet du plastique ne la laisse pas indifférente. Depuis la première phase de la mise en place de l’interdiction, la boutique ne propose plus du tout de sacs aux clients. « On a retiré nos sacs plastique l’année dernière déjà. Depuis, on n’en donne plus du tout aux clients. Certains en demandent mais la plupart ont l’habitude. »

Dans une grande surface de Paea, les choses se sont faites en deux temps. « On a bien travaillé dessus. Au niveau de la ligne de caisse, depuis plusieurs mois déjà, nous informions nos clients sur le fait qu’il n’ y aurait plus du tout de sacs plastique. Depuis le 1er janvier, on n’en a plus du tout et ça se passe plutôt bien », explique Sylvie, la responsable de caisse. « Beaucoup de clients ont pris l’habitude de faire leurs courses avec leur sac, sinon on essaie de leur fournir des cartons… histoire de s’habituer dans un premier temps. Je pense que les gens vont s’y faire petit à petit. »

Si la majorité de la population est consciente de l’enjeu important de la mise en place d’une telle réglementation, celle-ci ne fait pas forcement l’unanimité et pour certains, ce n’est pas simple. « C’est bien d’interdire mais il y a certains produits que l’on ne peut pas vraiment mettre dans des sacs en papier ou en carton », regrette Heia. Pourtant, il existe de réelles alternatives à la problématique de l’emballage et l’association Nana sac plastique en propose sur sa page Facebook. Cette réglementation importante, qui marque un tournant pour le fenua en termes d’environnement, est la première étape d’un processus global de réduction des déchets à la source. La Polynésie française est entrée dans une démarche de « zéro gaspillage » qui repose sur le principe que tout ce qui ne peut pas être réutilisé, réparé, recyclé ou composté doit cesser d’être produit et peut-être interdit.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Dépêche de Tahiti dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Partagez

La Dépêche de Tahiti
Voir mon actu
  • Mots clés: