Nigeria : la filière oignon se dote de nouveaux sacs de conditionnement pour réduire les pertes post-récolte

  • Par kjhg

(Agence Ecofin) - Au Nigeria, les pertes post-récolte sont un véritable casse-tête pour le secteur agricole. Si le phénomène touche tous les spéculations, la situation est particulièrement critique dans l’horticulture. De la tomate à l’oignon, les producteurs ne comptent en effet plus les pertes.

Au Nigeria, la filière oignon est plus que jamais engagée dans la lutte contre les pertes post-récolte. L’Association nationale des producteurs, transformateurs et commerçants du bulbe (NOPPMAN) vient en effet de rendre disponibles de nouveaux sacs de conditionnement au profit de ses membres.

Ces sacs en filet remplaceront ceux fabriqués en jute et en nylon utilisés jusqu’ici par les acteurs de l’industrie. Ils permettront de réduire la chaleur au niveau du produit et de ralentir sa dégradation.

Nigeria : la filière oignon se dote de nouveaux sacs de conditionnement pour réduire les pertes post-récolte

D’après Aliyu Maitasamu, président du groupement, cette démarche contribuera également à uniformiser le conditionnement des oignons sur le territoire et promouvoir une image de marque du produit. « Nous voulons commercialiser notre oignon à l’international sous un nom et un emballage uniques. Dans cette optique, nous avons choisi la couleur verte qui est populaire au Nigeria pour les sacs », a indiqué M. Maitasamu.

Pour la filière, la réduction des pertes post-récolte pourrait considérablement augmenter l’offre disponible sur le plan local et limiter la facture des importations. Le pays qui est le 2ème producteur d’oignons du continent derrière l’Egypte avec plus d’un million de tonnes du bulbe annuellement, perd environ la moitié de la récolte selon les données du Centre mondial des légumes (WVC).

Le Nigeria consomme environ 2,5 millions de tonnes d’oignons par an.

Lire aussi :

07/12/2021 - Nigeria : les exportations agricoles ont chuté de 52 % en valeur durant le troisième trimestre 2021

  • Mots clés: