Israël, qui misait sur un rapprochement avec Riyad, contraint de patienter

  • Par kjhg

À Jérusalem

Avec l’Arabie saoudite, il semble qu’Israël ait été un peu vite en besogne. L’an dernier, une normalisation sans précédent des relations entre les deux pays semblait à portée de main, ce qui devait provoquer un séisme diplomatique. Mais le récent rapprochement entre Riyad et Téhéran, l’ennemi juré de l’État hébreu, a quelque peu douché ces espoirs, du moins pour le moment.

À lire aussiEn Israël, Naftali Bennett trace sa route

Israël, qui misait sur un rapprochement avec Riyad, contraint de patienter

En novembre dernier, Benyamin Netanyahou, alors premier ministre d’Israël, a effectué une visite très discrète en Arabie saoudite où il a rencontré Mohammed Ben Salman, le dirigeant de facto du pays, ainsi que Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain de Donald Trump. Le chef du gouvernement israélien était accompagné de Yossi Cohen, l’ex-chef du Mossad, véritable ministre des Affaires étrangères de l’ombre, chargé notamment des contacts avec les pays n’entretenant aucun rapport officiel avec l’État hébreu.

Velléités hégémoniques

Deux mois auparavant, les Émirats arabes unis avaient brisé un tabou en établissant des relations diplomatiques…

Cet article est réservé aux abonnés.Il vous reste 73% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

J'EN PROFITE

Déjà abonné ?Connectez-vous

  • Mots clés: