Association de l'Est Atlantique Métropolitaine Association de l'Ouest Centrale Pacifique Langues Des propos de Jeff Petry qui ont fait jaser

  • Par kjhg

Le défenseur Jeff Petry n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, mardi, à l'issue du revers de 5-2 encaissé face aux Penguins de Pittsburgh.

À LIRE AUSSI : Gallagher et Niku retirés du protocole de la COVID-19 | Marcotte : Le mur nommé Cayden Primeau

« Il n'y a rien à dire [quand on perd sept matchs de suite], c'est frustrant », avait lancé le vétéran, qui a renoué avec l'action après avoir manqué quatre matchs. « C'est toujours la même rengaine. Nous ne jouons pas en équipe. On dirait qu'on cherche tout le temps où sont les autres. C'est comme si nous n'avions pas de structure sur la patinoire. »

Il n'en fallait pas plus pour qu'on interprète les propos de Petry comme un désaveu des stratégies de l'entraîneur Dominique Ducharme.

Petry n'a pas jugé bon de tempérer ses propos une douzaine d'heures après les avoir tenus. Ducharme a vu à désamorcer toute situation conflictuelle, mercredi, au terme de la séance d'entraînement de l'équipe.

« Nous avons géré le dossier à l'interne. Il est clos », a-t-il tranché.

Association de l'Est Atlantique Métropolitaine Association de l'Ouest Centrale Pacifique Langues Des propos de Jeff Petry qui ont fait jaser

« Nous y avons vu. Nous avons fait ça comme dans une famille. Ç'a été fait au cours de notre réunion quotidienne », avait commencé par expliquer Ducharme, avant d'insister : « Il n'y a pas de désordre dans notre structure de jeu. Tout est clair. Je m'assure de ça tous les jours. »

Deux vétérans se sont portés à la défense de leur coéquipier, en disant que c'est difficile de ne pas céder à la frustration, à chaud, en voyant les défaites s'empiler comme les cas de COVID-19 au Québec.

« Je ne sais pas ce que Jeff a dit », s'est excusé le défenseur Ben Chiarot. « La frustration est parfois forte après les matchs. Nous venons de subir sept défaites de suite. Qu'y a-t-il à dire? Nous essayons de respecter le plan établi par 'Dom' (Ducharme) à tous les matchs. »

Chiarot est demeuré de glace quand on lui a demandé s'il n'y avait pas un danger que la discorde ronge l'équipe.

« Il n'y a rien qui cloche de ce côté avec l'équipe », s'est-il contenté de répondre.

Pour David Savard, la saute d'humeur de Petry illustre que les gars ont à cœur les succès de l'équipe.

« Les gars veulent gagner. Personne ne va arrêter de jouer, a-t-il soumis. C'est une saison frustrante. Nous perdons beaucoup de matchs. Ce ne sont pas des moments agréables à passer. »

Savard a soutenu que les insuccès de l'équipe n'effritent pas la croyance des joueurs à l'endroit des consignes des entraîneurs.

« Nous nous cherchons sur la glace par moments, a-t-il néanmoins admis. Il faut revenir à notre style de jeu. Quand on le fait, nous sommes efficaces en échec-avant. Le plan est là, nous le connaissons, il faut l'exécuter. Nous sommes fragiles et dès que quelqu'un déroge du plan, ça crée un effet domino indésirable. Il faut se serrer les coudes, se reconcentrer et recommencer à gagner les batailles individuelles. Ça commence là. »

Soulignant qu'il avait connu deux séquences de huit défaites chacune à sa première saison à Montréal, Chiarot a lancé un appel à l'indulgence et à la tolérance aux partisans.

« Il y a quelques mois à peine, nous avons connu de très beaux moments, mais les gens oublient rapidement, a-t-il relevé. Ils mettent l'accent sur le négatif. Nous traversons une séquence difficile, il nous manque des rouages très importants, mais nous allons nous en sortir à un moment donné. »

  • Mots clés: