L'extravagant Monsieur Jullien, stratège de l’art du concert

  • Par kjhg

Dès sa naissance, Louis Jullien n’a rien d’ordinaire. C'est le 23 avril 1812 à Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence, qu'il arrive au monde dans un chalet de chasseur de chamois. Son père, talentueux violoniste alors en tournée avec la Société Philharmonique de Sisteron, demande à l’ensemble des musiciens si l’un d'entre eux accepterait d’être le parrain de l’enfant. Chacun des 36 membres de l'orchestre lève la main, l’enfant est donc baptisé :L'extravagant Monsieur Jullien, stratège de l’art du concert L'extravagant Monsieur Jullien, stratège de l’art du concert

Louis George Maurice Adolphe Roch Albert Abel Antonio Alexandre Noé Jean Lucien Daniel Eugène Joseph-le-brun Joseph-Barême Thomas Thomas Thomas-Thomas Pierre Arbon Pierre-Maurel Barthélemi Artus Alphonse Bertrand Dieudonné Emanuel Josué Vincent Luc Michel Jules-de-la-plane Jules-Bazin Julio César Jullien. 36 prénoms pour une future star internationale de la musique qui se fera connaitre sous un seul nom : Jullien.

Inscrit au Conservatoire de Paris en 1833, Jullien en ressort en 1836 sans diplôme : il peine à s'intéresser au contrepoint, préférant plutôt composer de la musique légère. Malgré son échec académique, il parvient à prendre la direction de l’ensemble musical du Jardin Turc, célèbre jardin parisien aux nombreux divertissements. Il y organise de nombreux concerts « promenade » spectaculaires qui génèrent un succès notoire, au point de rivaliser avec les promenades musicales d’un autre impresario musical français, le célèbre Philippe Musard. La presse quotidienne entretiendra même une rivalité médiatique entre les deux stars de la musique légère parisienne.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Malgré le succès des concerts spectaculaires de Jullien, ce dernier cumule les problèmes d’argent. Insolvable, Jullien décide de quitter la France en 1840 et de s’installer à Londres afin de faire carrière de l’autre côté de la Manche.

Jullien, chef d’orchestre virtuose

Au XIXe siècle émerge une nouvelle figure musicale, le chef d‘orchestre. Jusqu’alors considéré comme secondaire, le chef d’orchestre se distingue à l'aube du XIXe siècle et trouve une nouvelle place sur le devant de la scène en tant que figure autoritaire, dompteur d’orchestre, canalisateur de la musique. C’est dans ce nouveau rôle de chef d’orchestre virtuose que Louis Jullien trouvera la gloire au Royaume-Uni.

En effet, la théâtralité de Jullien sur le podium captive chacun de ses publics. L'attention qu'il porte à son apparence sur scène affirme sa volonté de hisser le rôle du chef d'orchestre à la même hauteur que celle d’un soliste virtuose.

L'extravagant Monsieur Jullien, stratège de l’art du concert

Tiré à quatre épingles pour chacun de ses concerts, avec une queue-de-pie et des gants blancs, Jullien ne s’arrête pas à son apparence. Il apporte également une aura intrigante et mystérieuse à son interprétation et son style de direction. Impossible d'interpréter la musique de Beethoven, par exemple, sans son bâton incrusté de pierres précieuses, apporté sur scène sur un plat en argent, dans un rituel quasi mystique.

La baguette de direction est alors encore rarement vue sur les scènes musicales, et l’objet ne manque de fasciner les spectateurs. Il est par ailleurs souvent comparé par la presse britannique à une baguette magique maniée par un envoûteur. La personnalité publique et les performances spectaculaires de Jullien sont d’une nouveauté saisissante pour le grand public du XIXe siècle, et le chef virtuose occupera une place centrale dans l’attention musicale et médiatique pendant près de deux décennies !

Les concerts « monstres » de Jullien

Le succès marquant de Jullien ne repose pas seulement sur l’originalité de sa présence scénique. L'ascension du chef d'orchestre virtuose coïncide avec l’arrivée au XIXe siècle des concerts publics comme moyen principal d'activité musicale. De plus en plus dépendants financièrementdu public, les compositeurs et les organisateurs de concerts sont contraints de pousser encore plus loin les caractéristiques de leur art afin d'attirer les spectateurs : ainsi la poursuite de la virtuosité et du spectaculaire est poussée à de nouvelles extrêmes.

Pour cela, nul ne saura mieux faire que Jullien, dont les talents pour le spectaculaire semblent innés. Souhaitant présenter les plus grands concerts, avec les plus grands ensembles, aux côtés des plus grands musiciens virtuoses, (dont Heinrich William Ernst, Camillo Sivori, Giovanni Bottesini, Henryk Wieniawski, Prosper Sainton, Arabella Goddard, Marie Pleyel, Charles Hallé, Eugène Léon Vivier, Sims Reeves et Johann Baptist Pischek), Jullien se démarque par ses concerts aux proportions inégalées.

Cependant, son extravagance musicale mène parfois à des excès surprenants comme son choix d’ajouter quatre ophicléides, un saxophone et des caisses claires à son interprétation de la Symphonie no.5 de Beethoven !

Surnommés les « concerts monstres de Jullien », le premier a lieu le 20 juin 1845 au Parc Zoologique de Surrey sur une plate-forme spécialement construite en face de l’enclos des girafes, avec un orchestre de 300 musiciens et un public de presque 12,000 spectateurs. De tels évènements immenses, ouverts aux classes moyennes et ouvrières grâce aux tarifs accessibles, rassemblent un nombre impressionnant de spectateurs, permettant ainsi d’exposer un nouveau public à la musique classique.

Jullien affirmait lui-même régulièrement son objectif principal « d'assurer l'amusement autant que la découverte, en associant dans les programmes les œuvres les plus sublimes à celles d'une école plus légère » (Illustrated London News, 9 novembre 1850). Ainsi, par sa programmation musicale atypique, il parvient à sensibiliser un nouveau public à un répertoire divers, incorporant à la fois des œuvres classiques et des œuvres populaires dans des concerts aux prix abordables. Il participe même à la redécouverte britannique au début du XIXe siècle des œuvres de Mozart, Haydn, Beethoven et Mendelssohn, interprétées aux côtés d'une musique plus légère et populaire, dont bon nombre de ses propres compositions et notamment ses célèbres quadrilles.

L’impact musical mais également social des concerts de Jullien est considérable. Malgré les critiques de certains qui jugent ces concerts bas de gamme, Jullien fut largement applaudi pour avoir progressivement élevé le niveau de l’art musical en Angleterre, comme l’affirme le Musical World le 7 mars 1844.La genèse et l’évolution des concerts « promenade » de Jullien changera radicalement la scène musicale britannique : le célèbre festival britannique « BBC Proms », plus grand festival de musique classique au monde, naît d'ailleurs des premières expérimentations fructueuses et de la vulgarisation musicale prônée par Jullien.

À lire aussi : Les Proms avec Sheku Kanneh-Mason et l’Orchestre Symphonique de Birmingham et Mirga Gražinytė-Tyla

Ses tournées à guichet fermé à travers le Royaume-Uni et même les Etats-Unis font de lui une star musicale connue de tous. Mais si Jullien maitrise parfaitement la théâtralité et le spectaculaire de son métier, la finance restent toujours son point faible. Malgré l’immense succès de ses concerts, il termine souvent ses saisons musicales en déficit. A cela s’ajoute plusieurs investissements infructueux au courant des années 1850, ainsi que l’incendie à Covent Garden en 1856 lors duquel il perd l’intégralité de sa musique. Face à la ruine et rattrapé par ses créanciers, Jullien est arrêté à Paris et emprisonné.

Libéré après quelques mois, ses tentatives de relancer sa carrière sont un échec. Au début de l'année 1860 apparaissent les premiers signes de problèmes mentaux. Après s'être blessé intentionnellement à coups de couteau, il est interné dans un hôpital psychiatrique à Neuilly-sur-Seine en février 1860, où il décède le 14 mars.

Applaudi autant en France qu’à l'international, la presse ne manque pas de rappeler la carrière marquante et l’héritage important de Louis Jullien : « Pendant plus d'un quart de siècle, il avait le meilleur orchestre du monde » affirme le New York Times dans sa nécrologie publiée le 31 mars 1860.Ainsi s’achèva la carrière du premier des grands chefs d’orchestre virtuoses, véritable stratège de l’industrie du spectacle musical.

  • Mots clés: