P50 Pocket : avec son nouveau smartphone pliable, Huawei veut faire flipper Samsung

  • Par kjhg

En perte de vitesse depuis l’embargo américain et l’interdiction d’intégrer les services Google à ses smartphones, Huawei poursuit ses efforts pour séduire les consommateurs. Et quoi de mieux que faire oublier les faiblesses logicielles en mettant le paquet sur l’excellence matérielle ?

Après une incursion sur le marché des smartphones pliables avec les Mate X et Mate Xs (concurrents des Z Fold), Huawei mise cette année sur le P50 Pocket, son premier modèle au format clapet. Ce rival du Galaxy Z Flip de Samsung a de quoi faire trembler le coréen.

De toute beauté

© Presse-citron

S’il y a un domaine dans lequel on peut difficilement critiquer Huawei, c’est bien celui du design. Avec ses studios répartis partout dans le monde (dont un à Paris), le géant chinois ne manque pas d’inspiration. Et ce P50 Pocket est sans doute le plus beau smartphone jamais lancé par la marque. Aucun smartphone n’a aussi bien porté le nom de « bijou » de technologie.

De sa coque alvéolée aux capteurs photos camouflés dans des cercles aux allures de poudriers, le P50 Pocket empreinte les codes de la mode. Et cela lui va très bien.

Pour parvenir à créer un modèle aussi élégant, Huawei a mis tous ses ingénieurs sur le pont. Centre névralgique du fonctionnement d’un smartphone pliable, la charnière a fait l’objet de toutes les attentions. Constituée de Zirconium (30% plus dur que le Titanium), elle améliore la résistance aux impacts de 62%. Le mécanisme de pliage est quant à lui 33% plus résistant.

En résulte un système d’ouverture plus fluide que sur le Z Flip 3 de Samsung, comparable à ce que l’on pouvait trouver sur les premiers téléphones à clapet. La modernité en plus.

Enfin un smartphone pliable doué en photo

P50 Pocket : avec son nouveau smartphone pliable, Huawei veut faire flipper Samsung

© Presse-citron

L’une des principales faiblesses des smartphones pliables réside dans la configuration photo en retrait par rapport aux autres smartphones (non pliants) proposés aux mêmes tarifs. Huawei ne fait pas cette erreur et intègre une partie du matériel photographique embarqué dans son P50 Pro.

Ainsi, le P50 Pocket hérite d’une optique True-Chroma avec capteur de 40 Mpxl, d’un ultra grand-angle avec capteur de 32 Mpxl et d’un module Ultra Spectrum avec capteur de 32 Mpxl. Seul le téléobjectif manque à l’appel, pour des raisons d’espace disponible dans ce chassis ultra-fin (7,2 mm déplié, 15,2 mm plié).

À l’avant, le capteur de 10,7 Mpxl est associé à un objectif ultra grand-angle. Il y a peu de chance pour que vous l’utilisiez puisque Huawei permet de shooter depuis le petit écran externe afin d’utiliser les capteurs principaux pour les selfies.

Le tout est associé à la nouvelle technologie de traitement d’image Huawei XD Fusion promettant une qualité photo de haute voltige. À confirmer lors d’un test approfondi.

Une configuration musclée

© Presse-citron

Huawei ne fait pas non plus de concessions sur le reste de la fiche technique. Sous le capot, le P50 Pocket embarque une puce Snapdragon 888 4G, 8 ou 12 Go de RAM et 256 ou 512 Go de stockage.

Le tout est alimenté par une batterie de 4000 mAh qui ne peut se recharger qu’avec un chargeur filaire. La charge est limitée à 40W avec le chargeur Huawei SuperCharge (45 mn environ pour une charge complète).

Terminons par les écrans (car oui il y a bien deux écrans). À l’extérieur, Huawei a intégré une petite fenêtre permettant d’accéder aux notifications et d’interagir rapidement avec. À l’intérieur, l’écran OLED de 6,9’’ au format 21:9 n’a rien à envier à ce qu’il se fait de mieux sur le marché. Il affiche 1,07 milliard de couleurs, couvre le spectre colorimétrique P3 et affiche un taux de rafraîchissement de 120 Hz.

À la question : la pliure est-elle visible ? La réponse est oui, mais beaucoup moins que sur un Z Flip 3. On la sent également moins lorsque l’on glisse les doigts sur l’écran, mais seule une utilisation prolongée nous permettra de savoir si Huawei a su relevé ce défi d’ingénierie.

Le Huawei P50 Pocket sera disponible le 1er mars au prix de 1299 euros en blanc. Une Premium Edition est également commercialisée au prix de 1599 euros. Elle sera disponible dès ce 26 janvier à 14h. Comme le reste des smartphones de la marque, le P50 Pocket n’intègre pas les services Google, ce qui risque de compliquer la tâche du constructeur pour s’imposer sur ce marché de niche. Et ce malgré un smartphone définitivement séduisant.

Newsletter 🍋Abonnez-vous, et recevez chaque matin un résumé de l’actu tech dans votre boîte mail.

  • Mots clés: