Cinq choses à savoir sur le nouveau cosmodrome russe de Vostochny

  • Par kjhg
Par Tristan Vey
Publié , Mis à jour

Dans la nuit de mardi à mercredi, une fusée russe Soyouz-2 s'élancera pour la première fois depuis le nouveau cosmodrome russe situé en Sibérie et destiné à remplacer Baïkonour dans le futur.Cinq choses à savoir sur le nouveau cosmodrome russe de Vostochny Cinq choses à savoir sur le nouveau cosmodrome russe de Vostochny

1) Un cosmodrome destiné à réduire la dépendance au Kazakhstan

Depuis la chute de l'URSS, la Russie doit louer le terrain sur lequel est bâti son gigantesque et mythique cosmodrome de Baïkonour, situé sur le territoire kazakhe. Le bail, étendu jusqu'en 2050, prévoit un loyer annuel de 115 millions de dollars. Ces dernières années, les relations se sont parfois tendues entre les deux partenaires historiques. Le Kazakhstan exige notamment d'importantes compensations financières en cas d'accident, en raison de la pollution engendrée et de la toxicité des combustibles pour les populations. Le cosmodrome de Plessetsk, essentiellement dédié aux lancements militaires, et ne permettant pas de couvrir tous les types de mises en orbite - en raison de sa situation géographique très septentrionale - il était nécessaire de construire de nouvelles installations sur le sol russe afin de garantir au pays un accès totalement indépendant à l'espace. Pour le moment aucun autre vol n'est prévu en 2016 et seul un lancement est annoncé en 2017. Un démarrage en douceur.

2) Vostochny veut dire «oriental» en russe

Le nouveau cosmodrome est situé en Sibérie, à l'extrême est de la Russie. Il a donc été baptisé Vostochny, ce qui signifie oriental (Vostok désignant l'Est). Cela présente plusieurs avantages. Les lancements s'effectuant vers l'est, les débris tomberont en mer en cas d'accident, ce qui limite le risque d'incidents dangereux pour les populations. Cela va également permettre de développer cette région de Russie, pour l'instant délaissée. C'est enfin le seul endroit de Russie qui permette d'installer des pas de tir presqu'aux mêmes latitudes que Baïkonour (51°N contre 46°N) et donc de couvrir toute la gamme des mises en orbite possibles.

3) Le cosmodrome est une ancienne base de tir de missiles

Cinq choses à savoir sur le nouveau cosmodrome russe de Vostochny

En 1996, le président russe Boris Eltsin choisit de reconvertir l'ancienne base de tirs de missiles Svobodny-18 en cosmodrome. Le lieu présente l'avantage de disposer de certaines infrastructures routières et ferroviaires, ainsi que d'un embryon de ville de quelques milliers d'habitants. En 2007, seuls quelques tirs de missiles reconvertis en fusée ont été effectués. Le coût de maintenance des installations est jugé trop important: le site est fermé. Quelques mois plus tard, Vladimir Poutine annonce la construction d'un nouveau cosmodrome, qu'il baptise à cette occasion, sur les ruines du premier.

4) Un pas de tir Soyouz inspiré de sa version guyanaise

Arianespace commercialise des lanceurs Soyouz depuis 2011 à Kourou, Guyane. Contrairement à Baïkonour, l'intégration de la coiffe (le bout de la fusée qui contient les satellites) s'y fait «à la verticale», c'est-à-dire après avoir relevé la fusée - assemblée à l'horizontale. Les Russes ont bénéficié de cette expérience guyanaise pour mettre au point un portique similaire permettant de mener à bien cette opération d'intégration à la verticale. C'est une différence majeure par rapport au pas de tir Soyouz «classique» de Baïkonour.

5) C'est ici que s'élanceront les futures fusées Angara

Les premiers tests du futur lanceur Angara, le premier de l'ère post-soviétique, ont été effectués à Plessetsk. Mais c'est bien Vostochny qui a vocation à héberger la future gamme de fusées russes. Leur mise au point ayant pris beaucoup de retard, la construction du pas de tir correspondant a été retardé. Il ne devrait pas être prêt avant 2021, selon le site spécialisé RussianSpaceWeb. La date du premier vol habité à bord de cette fusée a été repoussée (avec beaucoup d'optimisme) à 2023 (il était initialement prévu en 2018).

  • Mots clés: