Strabisme du bébé et de l'enfant : pourquoi et quand le dépister ?

  • Par kjhg

Votre bébé a tendance à loucher ? Si, dans les premières semaines de vie, le phénomène n’est pas rare, il est important lorsque l’enfant grandit de consulter un ophtalmologue afin de dépister un éventuel strabisme. A quoi est dû ce trouble oculaire ? Comment le corriger ? Explications d'un ophtalmologiste.Strabisme du bébé et de l'enfant : pourquoi et quand le dépister ? Strabisme du bébé et de l'enfant : pourquoi et quand le dépister ?

Pourquoi mon enfant louche-t-il ?

Votre nourrisson louche ? Pas de panique. Avant l’âge de trois mois, un strabismeintermittent est généralement d’origine physiologique et se résout souvent spontanément lorsque l’enfant grandit. Comme l'explique le Dr Emmanuel Bui Quoc, chef du service d'ophtalmologie à l'hôpital universitaire Robert Debré à Paris et président de l'Association francophone de strabologie et d'ophtalmologie pédiatrique :

Mais tout vrai strabisme qui persiste au-delà de trois mois doit amener à consulter. Et le spécialiste d'ajouter : « La difficulté chez le bébé et le jeune enfant est de faire la différence entre une réelle déviation des yeux et une impression de strabisme engendrée, par exemple, par une base du nez plus large qu’on appelle épicanthus et qui est très fréquente. »

Qu’est-ce qu’un strabisme ?

Le strabisme est une perte du parallélisme des axes visuels, c’est-à-dire que les deux yeux ne regardent pas dans la même direction. Il existe trois types de strabisme :

Selon le Collège des ophtalmologistes universitaires de France (COUF), le strabisme concernerait près de 4 % de la population et s’installerait souvent dans l’enfance. Outre le préjudice esthétique, ce trouble oculaire peut également entraîner une amblyopie, c’est-à-dire une diminution de l’acuité visuelle d’un œil (non fixateur) et une perte de la vision du relief (vision binoculaire).

D’où l’importance de dépister précocement un strabisme afin de pouvoir le traiter rapidement et d’éviter une perte de l’acuité visuelle ». En l’absence de traitement, près de 50 % des enfants souffrant de strabisme peuvent subir une perte partielle de la vision causée par l’amblyopie.

Quelles sont les causes du strabisme ?

Les causes du strabisme peuvent être d’origine fonctionnelle ou organique. Un bilan chez un ophtalmologiste permettra de confirmer le trouble oculaire et d’éliminer les causes organiques rares comme une cataracte ou un rétinoblastome.

Causes réfractives

Strabisme du bébé et de l'enfant : pourquoi et quand le dépister ?

Chez un enfant hypermétrope, le besoin de lunettes peut entrainer des phénomènes de compensation qui font loucher. Dans ce cadre, la prescription de lunettes a la faculté de diminuer partiellement ou totalement le strabisme.

À lire aussi

Causes « musculaires »

Il arrive que l’influx nerveux qui vient du cerveau soit trop ou pas assez fort et que cela entraîne une absence de parallélisme des yeux. « Le traitement se fera alors sur l’effecteur musculaire pour redresser les yeux », ajoute le spécialiste.

Causes organiques rares

La cataracte

Cause rare de strabisme, la cataracte touche environ 500 enfants par an en France et nécessite un traitement chirurgical. « Chez l’enfant, les cataractes unilatérales sont le plus souvent malformatives, c’est-à-dire liées à des anomalies du développement oculaire, souligne le Dr Bui Quoc. Cette opacification du cristallin est responsable d’une altération de l’acuité visuelle et peut engendrer un strabisme. »

Le rétinoblastome

Un rétinoblastome, une pathologie rare de la rétine (tumeur maligne) qui touche les nourrissons et les jeunes enfants, peut également être cause de strabisme chez l’enfant. « Un strabisme à la naissance ou qui apparaît de façon permanente sur un œil nécessite de consulter son pédiatre rapidement. Un fond d’œil permettra de vérifier s’il s’agit d’un strabisme accommodatif ou d’une tumeur de l’œil », précise l’ophtalmologiste.

Quels sont les facteurs de risque ?

Plusieurs facteurs de risque peuvent être à l’origine d’un strabisme chez l’enfant :

La majorité des strabismes de l'enfant sont convergents et apparaissent avant l'âge de 3 ans.

Quand consulter pour un strabisme ?

Vous avez l’impression que votre bébé louche de façon intermittente ou permanente ? Le premier réflexe est d’en parler à votre pédiatre. Après un examen clinique, celui-ci vous dirigera si nécessaire vers un ophtalmologiste afin de réaliser un bilan oculaire.

Lors de la consultation, le spécialiste vous posera des questions sur le mode d’installation du strabisme, son ancienneté, s’il est permanent ou intermittent, s’il alterne entre les deux yeux, etc. Il recherchera également une variabilité dans les différentes positions du regard. Un strabisme peut en effet n’apparaître que dans certaines directions.

L’examen ophtalmologique comportera ensuite une étude de la réfraction, une recherche d’amblyopie et un examen complet du fond d’œil. « Le fond d’œil permet d’étudier les structures de l’œil à l’arrière du cristallin et d’examiner la rétine, explique l’ophtalmologiste. On instille des gouttes qui vont dilater la pupille. L’enfant peut ressentir une légère gêne à la lumière mais l’examen est complètement indolore. »

À lire aussi

Comment corriger un strabisme ?

En dehors de toute pathologie organique (cataracte, rétinoblastome, etc.), le traitement du strabisme consiste dans un premier temps à prescrire des lunettes s’il existe une anomalie réfractive et à faire travailler l’œil paresseux en occultant la vision du bon œil afin d’éviter la survenue d’une amblyopie.

Le port de lunettes

Le port de lunettes peut permettre dans certains cas de diminuer ou de faire disparaître complètement le strabisme.

En cas d'amblyopie, une occlusion de l'œil dominant associée au port d’une correction optique s'impose.

Et de poursuivre : « Lorsque le strabisme est ancien et l'enfant plus âgé, l'amblyopie a eu le temps de s'installer et devient alors plus difficilement réductible malgré le port des lunettes et l’occlusion. » Preuve en est : lorsque le traitement est entrepris avant l’âge de deux ans, on obtient près de 90 % de guérison de l'amblyopie ; 30 % seulement si le traitement intervient après 6 ans.

Le traitement chirurgical

En cas d’angle résiduel du strabisme malgré la correction optique, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire. « Cette intervention est généralement réalisée après le traitement d'une éventuelle amblyopie, précise le Collège des ophtalmologistes universitaires de France. Celle-ci consiste à affaiblir ou renforcer des muscles oculomoteurs ciblés afin de restaurer l'alignement des yeux.

L’opération est réalisée sous anesthésie générale lors d'une hospitalisation en ambulatoire, le plus souvent en fin de maternelle. Les bénéfices du traitement sont une amélioration fonctionnelle et esthético-sociale ».

Enfin, la toxine botulinique (Botox®) peut également être utilisée dans le cas de strabismes précoces. « L’injection de toxine dans les muscles oculomoteurs permet alors de réduire l’angle du strabisme », conclut le Dr Bui Quoc.

Dr Emmanuel Bui Quoc, chef du service d'ophtalmologie à l'hôpital universitaire Robert Debré à Paris et président de l'Association francophone de strabologie et d'ophtalmologie pédiatrique.

Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF)

Collège des ophtalmologistes universitaires de France (COUF)

MSD Manuals

A lire aussi
Auteur :
Sophie Helouard, journaliste santé
Expert : Dr Emmanuel Bui Quoc, chef du service d'ophtalmologie à l'hôpital universitaire Robert Debré à Paris et président de l'Association francophone de strabologie et d'ophtalmologie pédiatrique
Article publié le
  • Mots clés: