Chartres. Sa peau ne supportait plus le maquillage, Catherine a lancé sa propre marque

  • Par kjhg
Par Inès GenetayPublié le
Actu Chartres
Voir mon actu

L’appellation de sa marque est une invitation à la poésie, combinée à son nom de famille. A Chartres (Eure-et-Loir), Catherine Lam bénéficie de l’incubateur de start-ups de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Eure-et-Loir pour développer son entreprise, Loesia. Chartres. Sa peau ne supportait plus le maquillage, Catherine a lancé sa propre marque Chartres. Sa peau ne supportait plus le maquillage, Catherine a lancé sa propre marque

Cette habitante de la région parisienne est venue s’installer à deux pas de la Cosmetic Valley en 2019. Elle sera prochainement sur les salons Marjolaine et du Made in France, à Paris, où elle présentera ses nouveaux produits : deux huiles démaquillantes, un baume hydratant et un gommage pour les lèvres, et deux eye-liners.

Des produits d’hygiène et de bien-être composés à base d’éléments naturels, comme l’amande douce, du sucre de canne ou du beurre de karité.

Titulaire d’une licence en Chimie et Biologie, d’un master en génie technico-commercial, et d’une maîtrise, la jeune entrepreneure a travaillé pendant huit ans avant de se lancer. Après un début de carrière en Asie puis en Belgique, elle revient finalement à ses premiers amours : l’hygiène et la cosmétique.

Chartres. Sa peau ne supportait plus le maquillage, Catherine a lancé sa propre marque

À lire aussi

Du maquillage naturel et français

« J’ai effectué un stage dans ce domaine, où j’avais déjà eu une première prise de conscience face à tous les produits chimiques que l’on pouvait mettre dans une crème », se souvient Catherine Lam.

Atteinte de problèmes de peau, un second événement vient remettre sa vie en question. « En 2017, il m’était impossible de me maquiller car mon visage était trop sensible ».

Pendant deux ans, Catherine travaille sur les formules dans un laboratoire collaboratif d’Orléans (Loiret). Et en 2019, elle lance sa marque, avec sept références de rouges à lèvres, dont la composition est faite à 50 % d’ingrédients français, notamment avec des huiles d’olive, de prune et de pépins de raisin.

À lire aussi

Ses produits vendus dans le monde entier

Grâce à une collecte de fonds, Catherine peut produire en France, les bâtons des produits sont d’ailleurs fabriqués à Nogent-le-Rotrou. Impliquée dans une démarche écologique, Leosia propose des produits dans des contenants, pour la plupart, en verre recyclé. « Je veux éviter au maximum l’utilisation de plastique et comme cela, les contenants peuvent être réutilisés lorsque le produit est fini », explique la fondatrice de la marque.

Et depuis quelque temps, Catherine n’est plus seule, elle s’aide d’une apprentie pour développer la partie marketing de Loesia. En France, les produits sont en vente sur internet, mais à travers le monde, il existe quelques points de vente en physique : en Italie, en Grèce, et même à Hong-Kong ! Catherine travaille également sur une formule d’ombres à paupières.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Chartres dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Partagez

Actu Chartres
Voir mon actu
  • Mots clés: