Brice Randrianasolo démissionne trois jours après sa nomination

  • Par kjhg

Moins d’une semaine après sa nomination en tant que ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Brice Randrianasolo aurait été-t-il contraint de démissionner ?

Hier dans une vidéo, il a déclaré avoir déposé sa démission auprès du président de la République. « Comme disait une connaissance, un ministre a un temps de début et un temps de fin, le mien prend fin aujourd’hui, il n’a duré que trois jours », affirme-t-il, avec un ton de regret.

Dès sa nomination, Brice Randrianasolo a été le cible d’attaques sur les réseaux sociaux. Il est notamment accusé d’escroquerie aussi bien à Madagascar qu’à l’étranger. Dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il a avoué avoir été mis en examen dans le cadre de cette affaire mais aurait été par la suite relaxé. Il considère être victime d’une manipulation médiatique, étant donné, selon ses dires, que la presse n’aurait pas précisé qu’il a été blanchi dans cette affaire. Les dénonciations qu’ils qualifient de calomnies et médisances à son encontre sont ainsi à l’origine de sa démission. Dans sa vidéo, il affirme avoir accepté une prise de décision rude mais raisonnable pour amorcer un esprit d’apaisement et pour l’intérêt supérieur de la nation.

Brice Randrianasolo reste l’un des rares membres du gouvernement à avoir démissionné ou poussé à la démission de son poste pour ce genre d’affaire. La démission au sein d’un gouvernement reste par ailleurs rare dans un pays où la démocratie ne gagne sa véritable place qu’à travers les réseaux sociaux, sans que cela n’est pas sans risque.

Brice Randrianasolo démissionne trois jours après sa nomination

Il n’est pas non plus le premier membre du gouvernement à avoir des mailles àavec la justice. Si à Madagascar, les hauts fonctionnaires de l’Etat et les membres du gouvernement mis en cause devant la barre parviennent à étouffer l’affaire, en France, un ministre est même dénoncé devant la justice pour différentes affaires dont des faits de viol, sans que les dirigeants du pays remettent en cause son engagement au sein du gouvernement.

A Madagascar, le secteur minier reste un domaine très délicat et cette portefeuille ministérielle fait l’objet d’une très forte convoitise des politiciens et opérateurs économiques. Ainsi, les coups-bas sont innombrables pour tenter de renverser le ou les ministres qui parviennent à la tête de ce département. Le plus souvent, ils viennent de l’intérieur du ministère et des partisans du régime en place. Coupable ou non, Brice Randrianasolo a en tout cas perdu toute crédibilité en politique. De même, ce genre de procès médiatique devrait être une leçon de mise en garde pour nos politiciens. Les réseaux sociaux actuellement font partie d’une tendance qui impacte fortement l’opinion publique et qui transforme toutes informations, même les rumeurs en une solide information.

  • Mots clés: