Tatouage et allaitement sont-ils compatibles ?

  • Par kjhg
Par Anne-Charlotte Rateau
Partager
Envoyer par e-mail
Vous
Vos destinataires
Je certifie ne pas envoyer d'e-mail indésirable
Souvent marqueurs de grands événements, les tatouages ont la part belle chez les jeunes mamans. Mais se faire tatouer quand on allaite, est-ce vraiment sans risque pour le bébé ? On fait le point.

En France, la cote de popularité du tatouage est au beau fixe. Particulièrement chez les jeunes femmes, qui sont plus d'une sur trois parmi les 25-34 ans* à être tatouée. A une période de la vie où les naissances sont nombreuses, et où l'allaitement concerne 68,1% des Françaises**,la question de la pertinence d'un nouveau tatouage lorsqu'on nourrit son bébé au sein se pose, et fait débat parmi les différents corps de métiers concernés.Tatouage et allaitement sont-ils compatibles ? Tatouage et allaitement sont-ils compatibles ?

Tatouage et allaitement, quand le principe de précaution prévaut

Faute d'études probantes, le lien de cause à effet entre l'encre d'un tatouage et la qualité du lait produit par une jeune maman n'est pas établi. A ce jour, on ne sait pas si l'encre reste bien dans le derme, sans "migrer" dans les canaux galactophores. Pourtant, à en croire les échanges de jeunes mères allaitantes réalisés sur des forums parentaux, le doute est permis. On a ainsi pu lire le témoignage (à prendre avec des pincettes toutefois) d'une mère affirmant que la couleur de son lait avait changé et était apparue plus sombre, suite à son tatouage tout juste réalisé. Nous avons abordé le sujet avec le Dr Nicolas Kluger, dermatologue spécialiste des questions médicales sur le tatouage : « On déconseille/contre-indique le tatouage durant l'allaitement car on ne sait pas si les nanoparticules potentiellement contenues dans les encres peuvent passer dans le lait maternel, ni les conséquences pour un bébé en développement ». Un point de vue partagé par le Syndicat National des Artistes-Tatoueurs (SNAT), qui s'appuie lui-même sur les connaissances du spécialiste, rappelant également « l’impossibilité pour la mère de prendre certains antibiotiques en cas d’infection pendant cette période ». Parmi les principaux facteurs pouvant causer des complications, on recense ainsi l'utilisation d'un matériel non stérile (qui peut alors induire un risque de transmission du VIH, du tétanos ou encore, de l'hépatite C), des conditions d'hygiène non respectées, des soins post tatouage mal ou non réalisés, ainsi qu'une réaction allergique aux pigments utilisés.

Tatouage et allaitement sont-ils compatibles ?

Quant à la question des nanoparticules dans les encres de tatouage, le SNAT évoque lui aussi la probabilité de transmission de celles-ci dans le lait maternel, tout en précisant que le « risque reste théoriquement très faible ». A l'instar du médecin, il conseille de patienter « sachant que l’allaitement est temporaire, autant attendre la fin de celui-ci pour s’offrir un tatouage ».

Tatouage et allaitement, côté ligues d'allaitement

Sur son site, la Leach League France affirme qu'avoir "un tatouage, y compris sur le sein, n’a aucun impact sur l’allaitement", ce que confirme le SNAT "le fait d’être tatouée ne pose aucune contre-indication à l’allaitement". Toutefois, la LLF préconise d'éviter de se faire tatouer pendant l’allaitement "étant donné le risque possible de réaction aux produits ou de surinfection". Un point que nuance son homologue australienne qui, en 2015, par la voix de sa directrice Rebecca Naylor, avait affirmé « tant que les procédures sont respectées, nous encourageons absolument les femmes tatouées à allaiter leurs enfants le temps qu'elles le souhaitent ». Une déclaration réalisée suite à une décision de justice interdisant à une jeune femme récemment tatouée d'allaiter. Le juge avait en effet estimé qu'elle avait peut-être contracté un virus transmis par voie sanguine au moment du tatouage, bien que les tests HIV et d'hépatite s'étaient avérés négatifs. Cette décision fut annulée en appel quelques jours plus tard par le tribunal des affaires familiales de Sydney.

*source IFOP pour La Croix 2018**source DREES en décembre 2018
Lire aussi :
Partager
  • Mots clés: